CRYOTHERAPIE : ALERTE FAKE NEWS

La cryothérapie et les médias : on rétabli la vérité ! La décision de la Cour de Cassation au sujet de la cryothérapie fait polémique, mais y a t-il vraiment un danger à utiliser la cryothérapie si l'on n'est pas professionnel de santé ? Etes-vous dans l'illégalité ?

En savoir plus

Ces derniers temps, nous faisons face à vos inquiétudes au sujet d'un article paru et relayé dans plusieurs journaux au sujet de la décision de la Cour de Cassation sur la cryothérapie. 

Etant vous-même un acteur dans le domaine, nous tenions à vous rassurer et à rétablir la vérité sur la confusion généralisée provoquée par des conclusions hâtives et erronées de plusieurs médias.

1/ Dans l'article relayé, il est question d'un jugement de 2 centres ayant des activités différentes : 


La différence sur ces 2 technologies est très importante mais elle n'est pas clairement indiquée dans l'article. 

2/ Nous avons aussi pu lire dans la presse que dorénavant, « la cryothérapie serait réservée à certains professionnels de santé ». 
Alors devez-vous vous inquiéter ? La réponse est non, dès lors que vous utilisez votre cabine de cryothérapie dans les termes définis par la loi selon votre profession.
Lors de votre formation, Cryo Evolution a été claire : si vous n'êtes pas professionnel(le) de santé, vous ne devez pas pratiquer la médecine et ne pas communiquer sur la santé. Le centre Cryostan qui a sans doute été mal informé et formé par son distributeur de machine, a visiblement dépassé les limites et en a fait les frais. 

***

On passe aux faits et aux jugements prononcés : 

Le gérant du centre à Nancy a non seulement été jugé pour avoir exercé illégalement la profession de masseur-kinésithérapeute et de médecin, mais aussi pour avoir communiqué sur les effets thérapeutiques de la cryothérapie.

Dans le pourvoi communiqué publiquement que vous pouvez télécharger sur internet ( envoi sur demande ) : 
«  Ceux-ci (les époux gérants) indiquaient eux-mêmes, dans leur plaquette de présentation, que les actes de cryothérapie « corps entier » pratiqués dans le centre Cryostan pouvaient soulager des douleurs chroniques et des états post-traumatiques par des effets antalgiques et anti-inflammatoires, aider à la rééducation de patients présentant une plasticité musculaire et apporter des bienfaits notamment pour certaines pathologies comme l'eczéma, le psoriasis, les oedèmes et les inflammations ».
Pour infirmer le jugement et relaxer les prévenus, l'arrêt attaqué énonce que les dispositions des articles 2 de l'arrêté du 6 janvier 1962 et R. 4321-5 du code de la santé publique signifient que tout acte aboutissant à la destruction des téguments, c'est-à-dire des tissus du corps humain, par l'emploi de la cryothérapie, relève du monopole des médecins avec une exception pour les masseurs-kinésithérapeutes, mais à condition qu'ils agissent sur prescription médicale et qu'ils participent à des traitements de rééducation spécifiques et limitativement énumérés. 

C'est ce qui fait polémique car c'est la conclusion retenue et relayée par les médias. Cependant, la suite du jugement a une importance considérable, vous comprendrez pourquoi :

Les juges ajoutent qu'à l'exception des cas visés à l'article R. 4321-5 du code précité, aucun texte n'interdit expressément la pratique de la cryothérapie « corps entier » à d'autres professions que celles de médecin ou de masseur-kinésithérapeute.

Ils relèvent encore que la cryothérapie « corps entier » pratiquée par les prévenus n'entraîne pas d'altération ou destruction des tissus et qu'il n'a été démontré ni par les parties civiles ni par le ministère public que les actes effectivement pratiqués avaient une visée thérapeutique et constituaient des actes médicaux réservés aux médecins ou aux masseurs-kinésithérapeutes.

Ils soulignent également que, dans un rapport de 2019 commandé par les pouvoirs publics, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale ([4]) indique qu'il n'existe en France aucun titre professionnel relatif à la cryothérapie « corps entier », que l'utilisation de ce terme n'est soumise à aucune condition et qu'aucun texte ne restreint actuellement l'exploitation des cabines de cryothérapie « corps entier » à une profession donnée.

***

Nous attirons votre attention sur le fait qu'après ses conclusions devant la Cour de Cassation, les époux gérants ont été renvoyés devant la cour d'appel de Paris, et sont dans l'attente d'une délibération spéciale en Chambre du Conseil par décision du président... Affaire à suivre... 

Nous insistons encore et toujours sur le fait que la cryothérapie n'est pas une pratique anodine et qu'elle doit être encadrée.
Les consignes de sécurité doivent toujours être respectées et répétées à vos clients même si ce sont des habitués. Toute personne utilisant votre cabine de cryothérapie doit être formée par Cryo Evolution, organisme formateur agréé par la DIRECCTE.

Un renseignement ?

N’hésitez pas à nous contacter
pour toute question ou demande de devis.

Contactez-nous

Ou appelez-nous au +33 (0)9 82 43 50 18

Cryo Évolution